Actualités

Officiel des mines responsables n°5

Panache de pollution à Montredon (Salsigne) : dysfonctionnement des missions régaliennes du préfet

Un comité de pilotage pour le projet  » Mine responsable  » a été installé par Emmanuel MACRON le 1er avril 2015. Assurant aussi la coordination de cette instance, le chef du bureau de la gestion et de la législation des ressources minérales non énergétiques (détaché auprès du ministre en charge des mines) déclare :

 » la mine propre n’existe pas … Une mine a toujours un impact sur les populations, l’environnement, elle transforme toujours un territoire.
A notre charge de rendre cet impact positif « .

Ainsi l’Etat et les industriels conscients de l’enjeu de l’acceptabilité sociale mettent en place une stratégie de communication afin d’éluder les conséquences graves de l’industrie extractive sur tous les plans : sanitaires,environnementaux, sociaux et économiques.

Une présentation de la situation actuelle – issue de documents officiels et déclarations – s’impose …

Officiel des mines n°5

Télécharger le document ➡︎

Bulletin publié par l’association Gratte papiers


Fest-Noz – samedi 17 février 2018

En soutien à Attention Mines ! contre les projets miniers en Bretagne et ailleurs.

 affiche Fest Noz AM-2018

Télécharger et diffuser l’affiche ➡

Logo attention Mines

attentionmines@riseup.net

➡︎ Suivre l’actualité de l’asso ⬅︎


Deux cents personnes ont répondu à l’appel lancé par Vigil’oust Merléac pour accueillir M. Le Drian à Mûr de Bretagne.

Se déplaçant lors de l’inauguration du Filet sécurité Bretagne (ligne électrique enterrée de Lorient-St Brieuc), le ministre de l’Europe et des affaires étrangères (Ministre d’État), n’a pas voulu rencontrer les opposants au retour de l’industrie minière en Bretagne et ailleurs en France… Pourtant des représentants des collectifs Attention Mines ! (PER de Silfiac), Douar Didoull (PER deLoc-Envel) et Vigil’oust (PER Merléac), étaient prêts à le rencontrer sur place et éviter une hypothétique nouvelle rencontre à Paris.

Lire la suite ➡︎


Communiqué Douar Didoull (01/01/2018)

Il y a quelques semaines l’Office Nationale des Forêts (ONF) invitait le collectif Douar Didoull à démonter l’oeuvre artistico-archithecturale de résistance installée le 23 juin 2017 en forêt de Koad an noz. Voici la réponse du collectif, adressée non sans humour, le 22 décembre 2017, aux services de l’ONF :

« Suite à votre envoi, nous vous confirmons que l’installation que vous avez aperçue est bien une « oeuvre artistico-architecturale de résistance » installée par le collectif Douar Didoull, le 23 juin 2017 afin d’informer la population qu’un permis exclusif de recherches minières est en cours, notamment sur la zone de Koad an noz/Koad an hay.

Nous sommes cependant étonnés par votre demande. Il semblerait qu’un manque de communication flagrant est à signaler au sein de vos services puisque depuis le 22 mai 2016, suite à une vente symbolique en bonne et due forme, la forêt domaniale Koad an noz/Koad an hay n’est plus une propriété d’Etat, mais bien un espace citoyen géré par des actionnaires locaux.

Ainsi, face au silence adopté par l’ONF, au sujet du PERM dit de « Loc Envel », ces actionnaires (personnes pratiquant des actions citoyennes) ont tenu à réaffirmer leur volonté de protéger les territoires menacés par les pratiques extractivistes, issues des comportements consuméristes débridés et de l’exploitation mercantile de l’environnement et ont officialisé, par l’érection de l’oeuvre précitée, la mise sous surveillance populaire de la forêt que vous prétendez relever de votre domaine.

Au vu de l’incroyable incompétence de vos services dans le traitement de ce dossier, nous vous invitons à prendre contact avec le pôle juridique du collectif Douar Didoull afin d’améliorer votre efficacité dans la défense de ce domaine forestier dont vous avez, en principe, la charge».

➡︎ Suivre l’actualité de Douar didoull ⬅︎


Communiqué de presse (19/12/2017)

715 000 € : joyeux Noël Variscan Mines !

Variscan Mines, société détenant les permis miniers de Loc-Envel, Merleac et Silfiac, vient
d’annoncer à ses actionnaires qu’elle a perçue une somme de 715 00 euros de la part de
l’Etat français (dont 260 000 € pour les années 2014 et 2015). Elle se félicite même de
profiter d’un régime fiscal avantageux en France : en effet, un crédit d’impôt et de
recherche (CIR) lui a été octroyé pour ses activités depuis 2011. Et, une demande est en
cours pour l’année 2016.

Variscan Mines a déjà utilisé gratuitement les recherches faites antérieurement par le
BRGM (organisme public) dans le sous-sol breton et comme l’Etat français lui reverse des
sommes, en fait les contribuables français paieraient donc deux fois les recherches de
Variscan ? Les projets miniers portent aussi atteinte à la quantité et la qualité de l’eau
potable disponible sur le territoire, dont le traitement est également répercuté sur la facture du consommateur.

Pour le moment, aucun forage d’exploration n’a été effectué en Bretagne grâce au travail
d’explication et de mobilisation des collectifs opposés aux projets ; les permis miniers sont
contestés en justice ; de nombreux élus, la région Bretagne, le département des Côtes
d’Armor et dernièrement la commission locale de l’eau de la baie de Lannion s’opposent à
ces projets néfastes.

Le collectif Douar Didoull, « pour la préservation de notre terre et contre les projets
miniers », s’indigne que l’argent des contribuables va dans ce cas servir à rémunérer les
actionnaires de Variscan Mines et exige que la somme de 715 000 € soit remboursée !
Plus que jamais, en 2018, exigeons l’abrogation de tous les permis miniers : non aux
mines, ni ici ni ailleurs !

Share Button