Actualités

Le Conseil Régional de Bretagne réclame l’abrogation
des trois permis miniers accordés
dans les Côtes d’Armor et le Morbihan

La période électorale est terminée. Le pays a désigné son nouveau président qui dispose aujourd’hui d’une large majorité pour appliquer son programme économique et sociale.
Durant la campagne, M.Macron a très peu parlé d’environnement et de développement durable. Alors qu’il était ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, ces questions n’étaient pas sa priorité. Et en accordant à l’époque de nombreux permis d’exploration minière, mais aussi d’hydrocarbure, la société civile informée et responsable s’est organisée pour résister au pillage de ressources naturelles non-renouvelables…

Avec le retrait annoncé des États-Unis des accords de la COP 21, la nomination au poste de ministre d’état chargé de l’environnement, de Nicolas Hulot, une autre politique doit être désormais menée en prenant en compte l’intérêt des citoyens et des collectivités locales.
Comme en juin 2014, la Région Bretagne vient donc de renouveler son vœu de ne pas voir se développer une industrie minière sur ses territoires – une activité qui mettrait en danger de nombreux emplois dans l’agriculture et le tourisme, malgré ceux promis par le lobby minier.

L’ensemble des associations et collectifs mobilisés contre le renouveau minier en métropole – mais aussi en Guyane et en Nouvelle-Calédonie – souhaitent donc qu’un vrai débat soit instauré sur les enjeux environnementaux et sociaux des décennies à venir.
Le réchauffement climatique, la disparition de la biodiversité, nous impose à tous , citoyens, politiques et entreprises, de prendre nos responsabilités envers les générations de demain en réfléchissant à un nouveau modèle de société.
Lutter contre l’obsolescence programmée, organiser la transition énergétique et surtout stopper le gaspillage de ressources naturelles non-renouvelables ne doit pas rester une utopie, mais un engagement de tous et rapidement.

Comme l’a très justement rappelé M.Macron récemment, l’humanité de dispose pas de planète B.

L’économie doit donc être un outil au service de l’homme tout en préservant son environnement,  non l’inverse.

S.D

Vœu 2017 - Région Bretagne

Demande d’abrogation des projets de prospections minières de Merléac, Silfiac, Loc Envel, par la Région Bretagne, le 23 juin 2017


Journée « Mines en France » – Paris le 15 juin 2017

À l’occasion de cette journée les représentants des différents mouvements opposés au renouveau minier ont montré avec humour et réalisme que la mobilisation citoyenne ne cessera pas tant que les permis miniers imposés aux populations ne seront pas abrogés !

Sous la houlette de M.Testard – n°1 de la société Variscan Mines et président de la Chambre syndicale des industries minières (CSIM) – professionels, fonctionnaires – communicants se sont rencontrés sur le thème du renouveau minier en France.

Vous pouvez réecoutez une partie des débats qui s’y sont tenus !

Premier enregistrement (matin)

Segond enregistrement (matin)

Troisième enregistrement (après-midi)

À lire aussi, le compte rendu de cette journée produit par MPE-Media ( le site et la lettre des matières premières et de l’énergie).
Un compte rendu très pro-minier qui ne se gène pas pour utiliser les mêmes inepties en caricaturant les mobilisations citoyennes opposées aux permis miniers en France métropolitaine et d’outre-mer. Par contre, le concept de « mine propre », « mine responsable » est sans cesse mis en avant sans pour autant qu’un seul exemple soit donné. Il est facile pour les pro-mine de citer la Suède ou la Finlande – des « leaders » en Europe pour l’extraction minière – tout en omettant de signaler que – là-bas aussi – les populations locales, souvent isolées, manifestent leur opposition à cette industrie d’un autre âge. Dire qu’en France le citoyen est contre tout, que ce pays est sans cesse à la traine, c’est oublier que la santé publique, la réhabilitation des friches industrielles – quand elle a lieu – sont supportées par le contribuable. Les richesses produites quant à elles, échappent à la collectivité et s’évaporent dans des paradis fiscaux !

S.D


Lettre ouverte des collectifs et associations
opposés aux permis miniers
adressée à M. Nicolas Hulot et Bruno Le Maire

Lettre ouverte Hulot-Lemaire

Lire le doucument ➡


 Logo Confédération paysanne morbihan

COMMUNIQUE DE PRESSE

Projets miniers : la Confédération paysanne 56 appelle l’ensemble du monde agricole à se mobiliser

La Confédération paysanne 56 soutient depuis le départ les différentes manifestations qui ont été organisées à l’encontre des projets miniers.

Elle appelle à une mobilisation générale des acteurs agricoles à soutenir le combat des associations qui s’opposent aux permis d’exploration accordés à la société VARISCAN. En effet ce type de projets, en plus d’avoir été accordés sans concertation des populations locales, présente un risque considérable pour l’approvisionnement en eau de qualité dans nos fermes et dans nos territoires.

A l’image des centaines de zones de déchets miniers laissées à l’abandon en France, nous ne pouvons soutenir un modèle de développement insoutenable pour les générations futures. C’est pourquoi la Confédération paysanne du Morbihan demande aux ministères concernés l’abrogation de tous les PERM (permis exclusif de recherches minières) et souhaite que la région Bretagne vote un vœu en ce sens à la prochaine session des 22 et 23 juin 2017.

Nous restons particulièrement vigilants quant au projet minier de Silfiac.

Les associations mobilisées contre ce projet peuvent compter sur notre soutien et nous souhaitons que l’ensemble du monde agricole, syndicats, organisations professionnelles agricoles et Chambre d’agriculture en fasse de même.

La Vraie-Croix, le 15 juin 2017

Contact presse :
Goulven Le Galloudec 02 97 51 76 51


Communiqué de presse- Douar Didoull (11/06/2017)

Touche pas à ma forêt ! Action artistico-architecturale de résistance
et apéro-musical en forêt de Koad An Noz.

Le 22 mai 2016, le collectif Douar Didoull et la population locale s’étaient réappropriés
symboliquement (vente d’actions) la forêt domaniale de Koad Noz/Koad an Hay pour la transformer en un espace citoyen et non plus en propriété d’Etat. Nous appelons tous les actionnaires (personnes pratiquant des actions citoyennes) à venir réaffirmer leur volonté de protéger les territoires menacés par les pratiques extractivistes issues des comportements consuméristes débridés et de l’exploitation mercantile de l’environnement et officialisons la mise sous surveillance populaire de la forêt.

Alors que Variscan Mines, titulaire du permis d’exploration, envisage des forages cette année sur le site de Koad an noz, le collectif Douar Didoull lutte plus que jamais pour l’arrêt immédiat (ici et ailleurs) de tous les projets miniers.

Ainsi, nous réaffirmons que seules les mobilisations des populations sont à même d’arrêter les projets nuisibles à l’environnement, la santé, l’écologie, au tissu social… et non pas les promesses de tous temps développées en période électorale et nous invitons toutes les personnes qui se sentent concernées à nous rejoindre : le vendredi 23 juin à 18h, à la maison forestière (route de Belle-Isle-en-Terre à Plougonver) pour une action artistico-architecturale de résistance suivi d’un apéro-musical et un pique nique partagé (petite restauration prévue sur place).

Prochaine étape, le festival des luttes organisé par Douar Didoull les 21, 22 et 23 juillet 2017 à Plougonver (Fest Noz, concerts, débats/conférences…)

Adresse postale : Lann Meur 22810 Plougonver

➡︎ Suivre l’actualité de Douar didoull ⬅︎


Pollution Minière « Tous les services de l’État font traîner »

Article - La Gazette de Nîmes

Lire l’article (paru dans la Gazette de Nîmes le 25 mai 2017) ➡

Share Button