Actualités

Le lourd passif d’Umicore et des services de l’état
sur la mine de St Félix dans le Gard (30)

Le 18 juillet dernier, André Picot et Jean-François Narbonne – membres de  l’Association Toxicologique Chimie – ont adressé une lettre à M.Didier Lauga préfet du Gard.

Dans le cadre de l’affaire juridique qui oppose la mairie de St Félix de Pallières (dans le Gard) à UMICORE (depuis la fermeture en 1971, des mines de plomb et de zinc à St Félix de Pallières, aucune opération de dépollution n’a été menée par Umicore et l’Etat) suite à l’effondrement de l’obturation d’un ancien puits (N°1), mis à jour en 2013, un expert judiciaire, M DUPARC, a été nommé par le Tribunal Administratif de Nîmes. A la demande de l’expert, la société AMDE est intervenue sur site en mai 2016 fin de mesurer l’état de pollution initiale des terrains et des eaux superficielles avant la réalisation des travaux de sécurisation géotechnique.

Dans ses conclusions, la société AMDE alerte sur la pollution de la zone étudiée et sur la nécessité urgente d’interdire l’accès dans un périmètre défini autour du puits N°1.
Il est à souligner qu’aucun organisme d’études de la pollution, ICF Environnement entre autre, (qui avait été mandaté par l’Etat en 2012) ayant eu connaissance des mêmes résultats alarmants n’avait lancé d’alerte, comme le prévoit la législation.

Seul, Stéphan Garcia, ingénieur ATC (Association Toxicologie Chimie que préside André Picot) qui était venu à Thoiras, à la demande de ADAMVM, (association de dépollution des anciennes mines de la vieille montagne) commenter les résultats de GEODERIS concernant des analyses réalisées en 2008, avait averti de la nécessite urgente de prendre des mesures de protection, d’informer le public ainsi que de clôturer le site pollué, sans aucun résultat, les autorités n’ayant rien fait.

Cela fait plus de deux mois que l’alerte a été donnée par la société AMDE, que se passe-t-il ? Inertie et absence de réaction de la part de l’Etat, rien, les populations locales et les touristes continuent de s’empoisonner.

Lire le courrier de ATC au préfet du Gard (30)

ANCIEN SITE MINIER Effondrement du PUITS n°1 – 30140 St-Félix-de-Pallières,
(AMDE, le 26/05/2016);

Mission d’expertise Judiciaire – Note sur la dangerosité du site – Nécessité urgente de l’interdiction d’accéder,
(Laurent DUPARC – Géologue Ingénieur Géotechnicien Polytech’Grenoble, le 01/07/2016);

La presse en parle :

Pollution : le courrier d’urgence des scientifiques, (Midi libre, le 25/07/2016)

L’ambiance était plombée, (Le Canard enchainé)


La réforme du code minier enterrée ?

Par un décret du 3 août 2016, le rapporteur de la réforme du code minier M.Tuot a été nommé président de la commission des sanctions de l’Autorité de la régulation des jeux en ligne. Pour rappel M. Tuot était chargé d’élaboré avec les professionnels de l’industrie minière et des associations de la société civile un nouveau code minier adapté aux enjeux environnementaux et sociétaux du XXIème siècle. Lancé en 2013, cette réforme toujours repoussée est-elle sur le point d’être enterrée ?

Cette question est tout à fait légitime car cette réforme qui partait d’un bon sentiment – adapter l’activité minière en France aux enjeux environnementaux et sociétaux d’aujourd’hui – a sans cesse été reportée aux calendes grecques. En septembre 2015 les associations se retirent même des négociations, refusant de servir de caution à un projet de “mines responsables” qui fait la part belle aux compagnies minières, réduisant la participation de la société civile à la prise de décision. Depuis de nouveaux projets d’exploration continuent à voir le jour, que ce soit pour les minerais ou les hydrocarbures. Avec un gouvernement sous influence des compagnies minières, on peut donc s’inquiéter de la relance de cette industrie d’un autre âge, initiée par Arnaud Montebourg et poursuivie par M.Macron.

Abreuvée de beaux discours, la lucidité citoyenne doit être permanente. Avec les traités de libres échanges qui sont mis en place partout dans le monde – notamment celui entre l’Union européenne et les États-Unis (TTIP ou TAFTA) ou encore le CETA entre l’UE et le Canada – c’est tout bonnement la souveraineté des peuples à éditer leur lois et à dessiner le modèle de société dans laquelle ils veulent vivre qui est remise en cause !

S.D

Décret du 3 août 2016 portant nomination du président de la commission des sanctions de l’Autorité de régulation des jeux en ligne – M. TUOT (Thierry)

À consulter sur le sujet :

Suivre le dossier de la réforme du code minier


Logo gratte-papiers

L’association Gratte Papiers
lance une série de bulletins d’information :
L’OFFICIEL DE
LA MINE RESPONSABLE

Après-mine dans l’Aude : opacité et désinformation du préfet,
(N°1, le 27 juillet 2016)

“Un comité de pilotage pour le projet ” Mine responsable ” a été installé par Emmanuel MACRON le 1er avril 2015. Assurant aussi la coordination de cette instance, le chef du bureau de la gestion et de la législation des ressources minérales non énergétiques (détaché auprès du ministre en charge des mines) déclare :
” la mine propre n’existe pas … Une mine a toujours un impact sur les populations, l’environnement, elle transforme toujours un territoire. A notre charge de rendre cet impact positif “.
Ainsi l’Etat et les industriels conscients de l’enjeu de l’acceptabilité sociale mettent en place une stratégie de communication afin d’éluder les conséquences graves de l’industrie extractive sur tous les plans : sanitaires, environnementaux, sociaux et économiques.
Une présentation de la situation actuelle – issue de documents officiels et déclarations – s’impose …”

À lire en intégralité ➡︎

Plus d’infos sur : www.gratte-papiers.org


Des rencontres en or à Lussat.

Les 22-23 juillet 2016

Alors que nous apprenons hier que COMINOR souhaite prolonger son permis de recherches d’or, d’argent, de tungstène, d’antimoine.. (Permis Exclusif de Recherches de Villeranges), pour la troisième édition du festival Stop Mines, la mobilisation bat son plein à Bord-Saint-Georges . Elle s’inscrit dans le cadre de la journée mondiale contre la méga-industrie minière. Comme l’année dernière elle réunit les différents collectifs anti-mines de France.
Notre mouvement prend de l’ampleur, les collectifs locaux se multiplient et se renforcent sur la plupart des territoires concernés par les permis de recherches de métaux.

Nous sommes en lien sans cesse renforcés et déterminés à user de tous les moyens pour stopper les projets contestés. Personne n’est dupe des promesses jamais tenues et des discours rassurants des industriels, des parodies de la démocratie et de la mystification de l’expertise scientifique.

Nous sommes solidaires de toutes les luttes contre les projets miniers destructeurs partout sur terre. Nous nous situons dans une démarche de convergence avec les combats contre l’extractivisme et toute autre forme de destruction des territoires.

Nous invitons les creusois à interpeller leurs élus sur les dangers sanitaires et environnementaux de l’ouverture d’une mine, située en bord de rivière, au dessus de la nappe phréatique et en bordure d’un réserve naturelle nationale classée NATURA 2000.

Sans exploration, pas d’exploitation !

Non à l’extractivisme, ni ici, ni ailleurs !

ALDEAH, Douar Didoull, DéterresMinées35, StopMines87, Conflens Salau Demain, Comité Ecologique Ariégeois, Maiouri Nature, Association de défense des Riverains de Saldigne, Attention Mines, StopMines23.

Troisième édition du Festival No Mine’s Land…en photos

Conférence sur l’extractivisme
avec Anna Bednik et Nicolas Sersiron

Conférence sur les mobilisations citoyennes à travers le monde
avec Guy Augé et William Sacher


Anticosti aussi ou le fétichisme de l’énergie

“Signes persistant des temps de crise… va-t-il falloir nous y faire ? Désormais ce n’est plus par de grandes affiches ou de somptueux prospectus publicitaires touristiques que nous découvrons des iles de rêve et les sites paradisiaques de la planète, mais, de plus en plus et presque exclusivement, par des crimes d’écocide liés à des projets miniers ou pétroliers.
Avec la crise de croissance du « Système technicien » et la résurrection high-tech de l’extractivisme, notre découverte des merveilles du monde s’apparente de plus en plus à une descente aux enfers…
On se trouve en présence d’une logique totalitaire arrivée au stade terminal de son développement… Le Système technicien, autonomisé et toujours plus obsédé par sa volonté de puissance, continue sa croissance perpétuelle pourrait nous dire Jacques Ellul. De fait, la frénésie extractive possède désormais les moyens technologiques et son vaste complexe industriel pour satisfaire encore sans entrave politique sa volonté d’expansion permanente. Le Système technicien apparaît aujourd’hui comme une véritable superpuissance transnationale autonomisée. Avec, exacerbé en première ligne, la technique de fracturation hydraulique, ivre de sa perfection, cette méga-machine impose partout une ruée vers la roche mère et son cortège de sacrifices environnementaux…
Comment expliquer la possibilité de permis gazier sur l’île d’Anticosti, lorsqu’on a appris où se situe ce petit paradis ?”

Lire la suite ➡︎

Juillet 2016
Jean-Marc Sérékian coauteur avec Jacques Ambroise de
« Gaz de schiste le Choix du Pire, La Grande Guerre à l’ère du déclin pétrolier »
Ed. Le Sang de la Terre 2015.


Compte rendu du colloque
sur les eaux souterraines en Bretagne
organisé par le CRESEB

logo_creseb

JOURNEE EAUX SOUTERRAINES, (Creseb – 12 mai 2016);

EAUX SOUTERRAINES – Journée d’échange – Les exposés, (Creseb – 12 mai 2016);


Premiers résultats et études préliminaires fournis par la préfecture du Gard (30) concernant les populations
résidant près d’anciennes mines

Résultats préliminaires de l’étude d’imprégnation des populations aux principales substances polluantes, (http://www.gard.gouv.fr, le 20/07/2016);

Etude d’imprégnation des populations résidant autour des anciens sites miniers de Carnoulès et La Croix de Pallières, (http://www.gard.gouv.fr, le 20/07/2016);

Réunion publique d’information sur la dépollution de l’ancienne mine de la Vieille Montagne
Anciennes mines polluées de Saint Félix de Pallières et de Saint Joseph dans le Gard (30)

Un exemple de la gesion de l’après-mine par la société minière qui exploitait le site. UMICORE et les services de l’État restent sourds aux inquiétudes des populations !
Outre les besoins financiers énormes pour engager des recours juridiques, c’est aux citoyens de se mobiliser pour que le droit à vivre dans un environnement sain soit enfin respecté. L’enjeux : l’accés à l’eau potable, la préservation des terres agricoles…

Compte rendu des reunions avec prefet du Gard et le sous prefet d’Ales

Compte rendu sur l’étude des eaux souterraines

ST-FELIX-DE-PALLIERES Des expropriations à venir ?

Pollution attribuée à d’ex-mines du Gard : la préfecture joue la transparence

A revoir sur le même sujet : Pièces à conviction
Cévennes révélations sur une pollution cachée
(diffusée le 20 janvier 2016)